Les dernières chroniques





17 juil. 2017

[Chronique] Rêver - Franck Thilliez

https://www.pocket.fr/tous-nos-livres/thriller-policier-polar/rever-9782266276542/

Psychologue réputée pour son expertise dans les affaires criminelles, Abigaël souffre d’une narcolepsie sévère qui lui fait confondre le rêve avec la réalité. De nombreux mystères planent autour de la jeune femme, notamment concernant l’accident qui a coûté la vie à son père et à sa fille, et dont elle est miraculeusement sortie indemne.
L’affaire de disparition d’enfants sur laquelle elle travaille brouille ses derniers repères et fait bientôt basculer sa vie dans un cauchemar éveillé… Dans cette enquête, il y a une proie et un prédateur : elle-même.

14 juil. 2017

[Chronique] Demain, nous serons loin - Anthony Hedden

http://amzn.to/2tSGbiC

Jusqu’où seriez-vous prêts à aller pour témoigner de votre amour ?
Je m’appelle Helen et j’ai 32 ans. Je travaille dans une maison de mode en tant qu’attachée personnelle du créateur le plus emblématique de Paris. Je crois en ma bonne étoile, et surtout, en un destin tout tracé.
Pourtant, ma vie bascule le jour où il disparaît brutalement sous mes yeux. Quelques minutes auparavant, je lui avais fait le serment de protéger son image et son héritage des épreuves qui le tourmentaient.
C’est le moment que choisit Christopher pour surgir dans ma vie. Je ne sais rien de lui. Il sait à l’évidence beaucoup de choses sur moi. Comme un écho aux doutes qui m’assaillent, son charme finit par envoûter ceux qui m’entourent.
Mais qui est vraiment cet homme auquel je ne prête de prime abord aucune attention ? Que cherche-t-il à faire auprès de moi ?
Et si notre rencontre était tout sauf le fruit du hasard ?

Demain, nous serons loin est un roman contemporain rédigé principalement à une voix. Il met un point d’honneur à révéler les sentiments humains les plus contrastés tout en bousculant les idées reçues sur les relations entre les hommes et les femmes...

11 juil. 2017

[Chronique] La ferme des Miller - Anna Quindlen

http://www.belfond.fr/livre/litterature-contemporaine/la-ferme-des-miller-anna-quindlen

Histoire d'amour, drames, secrets inavouables : à travers le destin d'une famille de Pennsylvanie, Anna Quindlen donne à lire tout un pan de l'histoire américaine de la seconde moitié du XXe siècle.
Petite fille précoce et curieuse, Mimi mène une enfance protégée dans la ferme familiale. Il y a là Bud, son père cultivateur et répare-tout ; Miriam, sa mère infirmière ; ses deux frères, le taiseux Eddie et le caïd séducteur Tommy ; ainsi que Ruth, sa tante, qui, pour une raison étrange, ne s'éloigne jamais de la maison. Un monde rassurant, fait d'éclats de rire et de joie, que Mimi pense immuable. Mais nous sommes en 1966 et ces jours heureux sont comptés...

La guerre du Vietnam qui laisse Tommy à jamais meurtri, la maladie qui frappe Bud, les drames passés de la tante Ruth... et cet impensable projet du gouvernement de transformer leur vallée en barrage. Ce monde que Mimi aime tant disparaîtrait englouti sous les eaux ? Qui désormais pour sauver la ferme et ses habitants ?
Alors qu'elle envisageait de quitter le village pour suivre des études de médecine et retrouver son amour d'enfance, Mimi va devoir faire un terrible choix.

10 juil. 2017

[Chronique] Même les pêcheurs ont le mal de mer - Diane Peylin



 Il y a Rafa, le patriarche, Valente, le père, et Salvi, le dernier de la lignée. Ce sont des géants impassibles, aussi rudes que l’île où ils vivent. Chez les Orozco, on est pêcheur de père en fils. La peau dure. Les yeux secs. Le silence en héritage.
Voilà neuf ans que Salvi a fui les siens pour la ville, de l’autre côté de l’océan. Mais la mort de Rafa le rappelle aujourd’hui. Sur cette île où l’on n’exprime jamais ses sentiments, où les manques, les cicatrices et les mensonges se transmettent de génération en génération, de mal de mer en mal de père…

9 juil. 2017

Et si je devenais assistante d'autoédition ? (à mon compte)



Bon, vous devez être au courant, sauf si vous étiez partie en vacances dans une grotte ces jours-ci ^^ mais j'ai autoédité ma meilleure amie pour son premier roman
On a beaucoup travaillé pour cela, ça a été un véritable plaisir pour moi de l'aider. Mais aussi, car j'ai adoré faire ça à ma grande surprise ! 
Son roman est excellent, c'est une auteure de talent, c'est indéniable, mais pour la partie informatique et éditoriale, elle n'y connait pas grand-chose
J'ai toujours dit que les pauvres auteurs autoédités devaient porter toutes les casquettes, mais leur roman y perdait souvent à vouloir tout faire seul et trop vite : coquilles dans le roman voire pas de correction du tout, (très) mauvaise mise en page, couverture horrible (il faut dire ce qui est, on le voit souvent dans les commentaires que des copinautes font sur les romans autoédités dont je parle..), complication pour la mise en ligne, le manque de contact, ne pas connaitre les bases pour faire connaitre son roman, etc...


Back to Top