Les dernières chroniques





14 mars 2016

[Chronique] Le fourgon - Jacques Desponds - Rebelle éditions


Frank est a priori un type comme vous et moi. En tout cas, c’est un génie des affaires car en quelques années, avec sa société de fabrication et de distribution de meubles de bureau, il a bâti une fortune colossale. Tout lui sourit : sa réussite entrepreneuriale est flamboyante, son mariage avec Shirley un rêve fabuleux couronné par la venue au monde de Daphné et de Jérôme. Mais Frank sent peu à peu le vide envahir son existence trépidante. La mort accidentelle de son fils va encore amplifier son désarroi existentiel, au point qu’il décide de quitter la Suisse et d’émigrer en Floride avec Shirley et Daphné. Menant la vie insouciante d’un riche rentier, il ne se doute pas que le mauvais sort va s’acharner sur lui : problèmes familiaux, lettres de menace de mort…
Souvent le destin nous joue des tours insidieux, qui font brutalement basculer dans un abîme de tourments une existence pourtant soigneusement planifiée. De quoi être entraîner dans une spirale destructrice !

 

Un drame plutôt qu'un thriller
Le résumé est assez abstrait, le lecteur ne sait pas trop dans quel genre d'histoire il s'embarque... Cependant, il est rapidement fixé : il s'agit plus d'un drame qu'un thriller, le suspens n'étant pas au rendez-vous. En effet, l'auteur aborde certes, des thèmes qui font penser au thriller : problèmes, menaces de mort, spirale destructrice, mais qui ne suffisent pas à rendre le récit haletant. L'intrigue est plus monotone que surprenante, le maintien de l'intérêt du lecteur ne tenant qu'à un seul fil : celui de savoir si oui ou non, l'auteur va s'en tenir à la fin promise au début du roman.
La première partie est donc comme je le disais assez lente, puisqu'elle sert surtout à poser le décor et à faire comprendre la psychologique du personnage principal au moment décisif que va être son choix.

 Une plume et une histoire fluides
La brièveté du roman et le style de l'auteur facilitent la lecture : il se lit en moins de trois heures. A défaut d'être passionnant, il est fluide et agréable à lire. Le but de cet ouvrage n'est pas simplement de raconter une déchéance, il est porteur d'un message : toujours rester vigilant dans la vie, peu importe le domaine, et surtout ne pas commettre de délits/crimes, quelle que soit la motivation, car, quelles qu'elles soient, les raisons seront toujours mauvaises. Les coups du sort ont vite fait de vous rattraper.

Une construction à revoir
Même si l'ensemble tient la route et est plaisant à lire, les dialogues eux, ne le sont pas, à dire vrai ils sont peu voire pas du tout crédibles notamment à cause des dialogues mièvres au sein du couple...
Je pense aussi qu'il y aurait eu intérêt à développer davantage certains passages et en couper d'autres sans quoi le livre risque de paraître mou et ennuyant alors qu'il pourrait être excellent. Le lecteur ne ressent pas toute l'émotion qu'il devrait à la fin du roman, c'est bien dommage. Pour autant, la fin relève l'ensemble puisqu'elle est particulièrement bien choisie.

En résumé,
Un bon livre qui aurait pu être encore meilleur, je le recommande néanmoins aux amateurs de drame qui se régaleront avec cette infernale descente aux enfers.

http://rebelleeditionsboutique.e-monsite.com/boutique/romans/le-fourgon.html

8 commentaires:

  1. Bon dommage pour ce que tu évoques...On peut pas approuver tous les livres qu'on lit ^^

    RépondreSupprimer
  2. Pas trop mon genre, c'est dommage. En espérant que ta prochaine lecture soit meilleure :)

    RépondreSupprimer
  3. Ah tient, un roman qui me tentait pas mal ! Je dois bien avouer que le côté drame me tente énormément, alors je le note :-D

    RépondreSupprimer
  4. Dommage :-/ Je ne suis pas tellement intéressé, du coup.

    RépondreSupprimer
  5. Bon, même si ce n'est pas l'extase pour toi, je vais quand même le noter.

    RépondreSupprimer
  6. je suis déjç pas friande du genre... mais alors si tu n'a pas été très emporté... ^^

    RépondreSupprimer
  7. Je le retiens.... malgré ces défauts, un lecteur n'en fait pas un autre... même si comme toi... j'aime les dialogues réalistes ;)

    RépondreSupprimer
  8. J'ai peur de passer à côté au vu de ta chronique, même si le résumé aurait pu me tenter.

    RépondreSupprimer

Back to Top